Les fascistes et leurs sous-fifres hors de la Commune d’Aligre : suite

Nous avons reçu par mail un nouveau communiqué des antifascistes du 12e arrondissement de Paris, qui l’ont apposé sous forme d’affiches sur les murs du quartier d’Aligre dans la nuit du 6 au 7 mars 2012, en réponse aux accusations de « menaces » et de « violence » formulées par les administrateurs de la Commune libre d’Aligre et par Legrandsoir.info suite à l’annulation de la conférence qu’un des deux animateurs de ce site, Viktor Dedaj, devait donner au Café de la Commune la semaine dernière (voir leur précédent communiqué).

__________________________________________

Le confusionnisme politique, ça suffit !

Nous nous félicitons de l’annulation de la conférence de Viktor Dedaj prévue le 29 février 2012 au café de la Commune libre d’Aligre, suite à notre campagne d’affichage.

Un personnage aussi douteux, qui anime un site soutenant des régimes dictatoriaux et diffusant de la propagande fasciste, n’a pas sa place dans un lieu qui s’affiche « alternatif » et « de gauche ».

Nous regrettons toutefois les termes employés par les animateurs de la Commune pour justifier cette annulation :

On nous accuse d’avoir proféré des « menaces » et d’avoir commis une action « violente » : il faut savoir raison garder, notre affiche n’avait rien de violent. L’affiche est un mode d’expression traditionnel dans le monde militant, qui relève de la liberté d’expression. Personne n’a été blessé, personne n’est mort à cause de la nôtre. Nous n’avons par ailleurs nullement appelé à la violence dans le texte publié, simplement à la vigilance.

Les membres de la Commune refusent de se prononcer sur le fond des accusations portées : c’est bien là que le bât blesse. Cette affaire mérite au contraire qu’on s’y arrête, et qu’on prenne la peine d’y réfléchir afin d’affirmer et de réaffirmer que l’extrême droite et ceux qui s’en font les complices, quand bien même ils se veulent de « gauche », sont indésirables dans nos luttes. A propos de « violence », nous nous interrogeons d’ailleurs sur ce qui conduit La Commune à qualifier notre action de « violente » et à refuser de se prononcer sur le soutien d’un invité à des régimes et des organisations autrement plus violents, et pour de vrai, du coup.

Enfin, La Commune laisse la porte ouverte à « la possibilité d’une nouvelle programmation de cette soirée dans des conditions sereines assurant un débat ouvert et démocratique ». Attention : une, deux fois* mais pas trois, camarades ! Que vous ayez pu vous laisser abuser jusque là, nous voulons bien le croire. Mais dans le cas où, en connaissance de cause désormais, vous réinviteriez ce Monsieur, tout militant sincère serait bien obligé d’en tirer les conséquences concernant votre inconséquence politique. En effet, on ne débat pas avec des fascistes ou leurs amis, on les combat. La défense de la liberté d’expression et le refus du délit d’opinion ne veulent pas dire qu’il nous faut ouvrir nos portes à tous les vents, et singulièrement pas à nos ennemis, qui ne peuvent qu’en tirer avantage, quand bien même ils se disent « victimes » de la « censure ». A ce propos, rappelons une évidence que certains semblent oublier un peu trop facilement : les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis. Enfin, notons qu’en ce qui concerne le « débat ouvert et démocratique », ce n’est surtout pas sur Legrandsoir.info et ses animateurs qu’il faut compter : ce site n’a de cesse de diffamer ses adversaires par l’injure, le mensonge, la diffusion de fausses informations et est caractérisé par son refus de toute parole contradictoire, notamment dans ses forums.

Nous espérons donc que cette invitation n’était qu’une regrettable erreur qui ne se reproduira pas, et nous invitons les membres de La Commune et le public à s’informer sur le confusionnisme politique, son fonctionnement, ses réseaux, le danger qu’il représente. Encore une fois, nous le répétons :

Fascistes, antisémites, idiots utiles de l’extrême droite : Hors de nos luttes !

Quelques militants antifascistes, anti-impérialistes et anti-autoritaires du 12e arrondissement, le mercredi 7 mars 2012.

——

* Legrandsoir.info avait déjà été invité au café le 8 novembre dernier, alors que ses orientations politiques étaient déjà connues.

___________________________________

L’affiche au format pdf :

communique-dedaj2

This entry was posted in Faux amis and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to Les fascistes et leurs sous-fifres hors de la Commune d’Aligre : suite

  1. yoann says:

    Jean BRICMONT était invité au 12e Festival du Cinéma d’ATTAC ! ce négationniste antisémite …
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bricmont

    “Il faut défendre la liberté d’expression, mais on n’est pas obligé de le faire avec n’importe qui. A quel jeu joue Jean Bricmont, intellectuel classé à gauche, lorsqu’il signe des pétitions pour défendre la liberté d’expression aux côtés de fascistes et de négationnistes notoires ?
    http://bxl.indymedia.org/articles/734

    J’ai envoyer un mail à ATTAC Bruxelles pour avoir des explications :

    De : =====@====.fr
    Envoyé : jeudi 8 mars 2012 23:09
    À : bxl@attac.be
    Objet : Quoi !?

     » Que vient faire ce facho « jean Bricmont » au festival ATTAC de Bruxelles ?!
    http://www.bxl.attac.be/spip/spip.php?article1367

    jean bricmont ce négationniste antisémite : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bricmont

    Il faut combattre le capitalisme mais pas avec n’importe qui. A quel jeu joue Jean Bricmont, intellectuel classé à gauche, lorsqu’il signe des pétitions pour défendre la liberté d’expression aux côtés de fascistes et de négationnistes notoires ?

    Fascistes, antisémites, idiots utiles de l’extrême droite : Hors de nos luttes ! »

    Yoann

    Voilà ce qu’ils m’ont répondu :

    « Bonjour,

    Pour rester poli, je dirai simplement que vous êtes très mal informé sur les positions de Jean Bricmont. Vous auriez mieux fait de venir l’écouter. Il vous reste une possibilité pour rattraper le temps perdu : lire « l’impérialisme humanitaire », un ouvrage que vous pourrez trouver chez Aden ou Tropismes.

    Une autre séance « Les Nouveaux chiens de garde » aurait du moins je l’espère été pour vous édifiante et salutaire.

    Jean-Claude Cols

    Responsable du cinéma d’Attac »

  2. Mézigue says:

    @ contresubversion
    Je suis tout-à-fait d’accord avec tes remarques sur ces deux termes. En politique, il y a toujours des marionnettes et des complices; des idiots utiles et des cyniques.

  3. Des marionnettes concernant les idées issues de la Nouvelle Droite c’est certain. Par contre, diffuser la désinformation de Kadhafi en guerre ou celle d’al-Assad ne fait pas d’eux des marionnettes mais des complices puisque cette désinformation est calomnieuse a l’égard des populations concernées. Ces propagandistes zèles s’en foutent royalement de ce que demandent ces peuples, ils ne s’y intéressent pas préférant penser a leur place (ingérence), en plus avec les messages de la désinformation. Ils ne sont pas des marionnettes mais des bons gros complices, leur activité n’est rien d’autre que la traduction en français de la propagande de guerre des ultra conservateurs qui souhaitent la survie des pires dictateurs. J’insiste sur le fait qu’ils ne se trompent pas, ils mentent délibérément.

  4. Mézigue says:

    @ D.N.
    Bien vu ! Vous avez mis le doigt sur un point très important « LGS et ses fans » en sont, en effet, restés à une vision sommaire et simpliste de l’extrême-droite. C’est ce qui fait qu’ils ne voient pas en quoi ils peuvent être accusés de flirter avec elle.
    Ils n’ont pas compris qu’à côté de l’extrême-droite rantanplan (celle du Front National), s’est développée, sous l’influence de « cercles de pensée faf » (Polémia, Grece, « nouvelle droite »), une extrême-droite beaucoup plus subtile et cultivée qui, elle, a pour fondement l’antisémitisme. C’est notamment celle que l’on trouve, sous forme militante (donc plus grossière), chez les partisans de Soral (ce dernier étant le ventriloque des thèses du Grece)
    Ce que commettent en premier lieu « LGS » et ses fans », c’est un péché d’orgueil. Ils se croient plus malins que les intellectuels néo-fascistes.
    Ils ont tort.
    « En relayant des manipulateurs dont ils en deviennent (effectivement) les marionnettes. »

  5. D.N. says:

    LGS et ses fans sont largués, restés coincés sur une grille d’analyse politique qui date de la guerre froide, ils sont aveuglés par un truc qui relève de la foi et non de la réfléxion.
    Incapable d’appréhender les mutations récentes de l’extrême-droite, ils se compromettent en relayant des manipulateurs dont ils deviennent les marionnettes.
    Les cercles historiques de pensée fafs (polemia,club de l’horloge,GRECE) peuvent se frotter les mains, les ultra-communistes bélants à tendance antisémites sont là pour faire le sale boulot…
    D’ailleurs en Grêce ça s’est vu dans le feu de l’action.
    Sur les 62 commentaires du billet de LGS où les points GODWIN pleuvent, on pourra noter les nombreux appels à porte l’histoire en justice. Un procédé pour le moins singulier et incohérent venant de la part d’un groupe d’illuminés paranoïaques se proclamant révolutionnaires, allant même jusqu’à affirmer que 20 affiches autour d’un local aient pu être financés en sous-main par « le pouvoir ».
    En lisant ces 62 commentaires il apparaît évident que de nombreux usagers de LGS obtiendraient sans problêmes une carte ou une tribune chez égalité et réconciliation.
    Ces gens qui crient à la manoeuvre ayant pour but la division oeuvrent eux-mêmes pour cette division, nous sommes antifascistes, les communistes sont nos frêres, pas les antisémites, pas dieudo, pas soral, pas sankandri, pas vauclin, pas les dictateurs, pas ces gens là.
    Nous ne voulons pas débattre de leurs thèses car nous ne les acceptons pas. La dissidence, l’insoumission ce n’est pas l’antisémitisme !
    On ne débat pas avec les fascistes, on les écrase.

  6. Pingback: Dedaj dégagé « contresubversion

  7. Oui j’ai vu l’affiche la semaine derniere, aucune menace da,ns le texte, simplement de l’information, d’ailleurs LeGrandSoir publie l’affiche en prétendant qu’il y a eu des menaces, mais aucune trace visible de ces menaces. De la même manière, les organisateurs de la conf de Michel Collon à la bourse du Travail avaient aussi évoqué des « menaces » le jour où ils décidèrent d’annuler la conférence. Alors que le tract de Missak et Mélinée, et les autres intervenants sur les forums n’ont jamais proféré de menaces.
    Pour ma part, je n’excuse pas ceux qui ont déjà invité les propagandistes des dictateurs (désinformateurs), surtout en 2011 pendant la guerre d’Assad et Kadhafi contre leurs administrés. C’est dégueulasse, l’imbécilité n’est plus une excuse.

Comments are closed.