Les fascistes et leurs sous-fifres hors de la Commune d’Aligre : suite

Nous avons reçu par mail un nouveau communiqué des antifascistes du 12e arrondissement de Paris, qui l’ont apposé sous forme d’affiches sur les murs du quartier d’Aligre dans la nuit du 6 au 7 mars 2012, en réponse aux accusations de « menaces » et de « violence » formulées par les administrateurs de la Commune libre d’Aligre et par Legrandsoir.info suite à l’annulation de la conférence qu’un des deux animateurs de ce site, Viktor Dedaj, devait donner au Café de la Commune la semaine dernière (voir leur précédent communiqué).

__________________________________________

Le confusionnisme politique, ça suffit !

Nous nous félicitons de l’annulation de la conférence de Viktor Dedaj prévue le 29 février 2012 au café de la Commune libre d’Aligre, suite à notre campagne d’affichage.

Un personnage aussi douteux, qui anime un site soutenant des régimes dictatoriaux et diffusant de la propagande fasciste, n’a pas sa place dans un lieu qui s’affiche « alternatif » et « de gauche ».

Nous regrettons toutefois les termes employés par les animateurs de la Commune pour justifier cette annulation :

On nous accuse d’avoir proféré des « menaces » et d’avoir commis une action « violente » : il faut savoir raison garder, notre affiche n’avait rien de violent. L’affiche est un mode d’expression traditionnel dans le monde militant, qui relève de la liberté d’expression. Personne n’a été blessé, personne n’est mort à cause de la nôtre. Nous n’avons par ailleurs nullement appelé à la violence dans le texte publié, simplement à la vigilance.

Les membres de la Commune refusent de se prononcer sur le fond des accusations portées : c’est bien là que le bât blesse. Cette affaire mérite au contraire qu’on s’y arrête, et qu’on prenne la peine d’y réfléchir afin d’affirmer et de réaffirmer que l’extrême droite et ceux qui s’en font les complices, quand bien même ils se veulent de « gauche », sont indésirables dans nos luttes. A propos de « violence », nous nous interrogeons d’ailleurs sur ce qui conduit La Commune à qualifier notre action de « violente » et à refuser de se prononcer sur le soutien d’un invité à des régimes et des organisations autrement plus violents, et pour de vrai, du coup.

Enfin, La Commune laisse la porte ouverte à « la possibilité d’une nouvelle programmation de cette soirée dans des conditions sereines assurant un débat ouvert et démocratique ». Attention : une, deux fois* mais pas trois, camarades ! Que vous ayez pu vous laisser abuser jusque là, nous voulons bien le croire. Mais dans le cas où, en connaissance de cause désormais, vous réinviteriez ce Monsieur, tout militant sincère serait bien obligé d’en tirer les conséquences concernant votre inconséquence politique. En effet, on ne débat pas avec des fascistes ou leurs amis, on les combat. La défense de la liberté d’expression et le refus du délit d’opinion ne veulent pas dire qu’il nous faut ouvrir nos portes à tous les vents, et singulièrement pas à nos ennemis, qui ne peuvent qu’en tirer avantage, quand bien même ils se disent « victimes » de la « censure ». A ce propos, rappelons une évidence que certains semblent oublier un peu trop facilement : les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis. Enfin, notons qu’en ce qui concerne le « débat ouvert et démocratique », ce n’est surtout pas sur Legrandsoir.info et ses animateurs qu’il faut compter : ce site n’a de cesse de diffamer ses adversaires par l’injure, le mensonge, la diffusion de fausses informations et est caractérisé par son refus de toute parole contradictoire, notamment dans ses forums.

Nous espérons donc que cette invitation n’était qu’une regrettable erreur qui ne se reproduira pas, et nous invitons les membres de La Commune et le public à s’informer sur le confusionnisme politique, son fonctionnement, ses réseaux, le danger qu’il représente. Encore une fois, nous le répétons :

Fascistes, antisémites, idiots utiles de l’extrême droite : Hors de nos luttes !

Quelques militants antifascistes, anti-impérialistes et anti-autoritaires du 12e arrondissement, le mercredi 7 mars 2012.

——

* Legrandsoir.info avait déjà été invité au café le 8 novembre dernier, alors que ses orientations politiques étaient déjà connues.

___________________________________

L’affiche au format pdf :

communique-dedaj2

This entry was posted in Faux amis and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to Les fascistes et leurs sous-fifres hors de la Commune d’Aligre : suite

  1. Pingback: Dedaj dégagé « contresubversion

Comments are closed.